Découvertes

Mai Trung Thu Expose à Macon ( France)

Exposition « Echo d’un Vietnam Rêvé » jusqu’à fin Octobre 2021 au musée des Ursulines

Un peu d’histoire :

Né le 10 Novembre 1906 dans le village de Ro Nha proche de Haiphong, il est issu d’une famille importante Tonkinoise. Son père, haut dignitaire de la cour de Hue meurt en 1945.

Il fait ses études au lycée Français d’Hanoi et intègre la première promotion de l’école des beaux-arts sous la direction de Victor Tardieu et en sort en 1930.

Apres une carrière de professeur au lycée Français de Hue, il demande à être envoyé en France à l’occasion de l’exposition Internationale des arts décoratifs de 1937.

 De 1938 à 1940 il participe au Salon des indépendants et au salon d’Automne, se fait connaitre comme peintre et aussi comme joueur de doc—huyen

En 1940 il s’engage dans l’armée Française et est démobilisé en 1941 à Macon. Il réalise de nombreux portraits et la décoration a Fresco de la chapelle dédié aux morts de 14-18 en la chapelle de l’église saint Pierre de Macon

Dans le même temps il expose à Vichy et à Lyon

En 1942 il expose à Alger puis en 1943 il s’installe dans un duplex lumineux à Vanves (banlieue de Paris)

En 1946 il participe activement au reportage filme de la conférence de Fontainebleau lors de la venue du président Ho Chi Ming à Paris

Il exposera dans toute la France mais refusera de travailler pour la galerie Américaine Wally Findlay.

En 1954 il s’éprend de Jeanne Sineray dite Sao une peintre et décoratrice sur soie dont il aura une fille en 1956. C’est elle qui gère les rétrospectives consacres a son père.

Un de ses plus célèbres tableaux est « la Prière » ou il représente des enfants en train de prier.

C’est pour exprimer la peine que lui inspire le sacrifice du moine bouddhiste Thich Quang Duc qui s’immole par le feu à Saigon pour protester contre la répression antibouddhiste du président catholique Ngo Dinh Dem.

Dans ses tableaux flamboyants il peint la peine et l’incompréhension de ces mères et enfants en face de la guerre mais aussi la vie dans les souterrains de Cu Chi qui ont permis aux résistants vietnamiens de continuer et de gagner leur combat

De 1960 à 1965 il collabore avec l’UNICEF ou ses cartes de vœux ont un très grand écho.

Il fera 2 voyages dans son pays d’origine en 1973 et en 1975 lors de la prise de Saigon

Il décède le 10 octobre 1980 à Clichy et est enterre au cimetière de Vanves dans les hauts de Seine.

L’art de Mai Trung Thu :

Issue de l’école des beaux—arts de Hanoi il commence sa carrière en étant très académique et réalise surtout de grandes peintures à l’huile. En arrivant en France voulant mêler les 2 cultures Française et Vietnamienne il se met à peindre sur soie.

Michèle Moynet-Charlet directrice du musée des ursulines en parle très bien : 

« L’art de la peinture sur soie de Mai Trung Thu est tout à fait unique lors de ses études à l’école des beaux-arts d’Indochine. Mais il a finalement crée une identité personnelle et n’a pas été influence par aucun peintre français »

N’oublions pas aussi sa musique et son disque 45 tours Musique du Vietnam de 1960

L’exposition :

L’exposition est organisée en partenariat avec le musée Cemushi, musée des arts de l’Asie de la ville de Paris et surtout avec le soutien et la participation active de Madame Mai Lan Phung fille de l’actrice.

Elle comprend 140 Œuvres. C’est la première fois qu’un musée en France réunit des œuvres d’un des maitres de la peinture vietnamienne contemporaine.

Elle dure jusqu’à fin Octobre 2021

Publications :

Poèmes sur soie : Huit tableaux de Mai Thu avec Huit poèmes de Pham Van Ky Edition Euros paris 1961

Trésors de l’homme, contes et poèmes anciens et modernes du Vietnam couverture de Mai Thu Edition la Farandole 1971

Comments are closed.